lundi 8 août 2016

Nos capacités psychiques sont innées: les enfants sensibles

Lorsque j'étais enfant, j'ai eu très tôt conscience de la proximité d'un autre monde dit "invisible". Mais cette conscience était voilée par le manque d'informations qui m'était donné. Mes parents ne m'avaient jamais appris à appréhender les phénomènes paranormaux de manière sensée et concrète. Au contraire, rien n'était dit mais on sentait la peur de ce qui n'était pas compréhensible. C'était le mauvais sort ou quelqu'un qui nous voulait du mal.  En gros, le monde psychique n'était jamais abordé de manière positive et joyeuse. Tout était binaire:  bien ou mal, les autres et nous. Rien n'était expliqué ou explicité de manière à mettre plus de lumière sur ce que pouvait être l'invisible. 

Ainsi, j'ai grandi sans avoir la possibilité de mettre des mots sur ce que je vivais, des rêves qui n'en étaient pas, des fortes intuitions qui se révélaient juste, des prémonitions qui se réalisaient, des ressentis énergétiques sur lesquels je ne pouvais pas mettre de mots...
Il n'y avait personne pour me confirmer que mes expériences étaient réelles, non basées sur mon imagination. Personne pour me dire que ce que je touchais du doigt pouvait être bénéfique pour moi. 
Aussi, j'en vins à me demander si j'étais saine d'esprit par rapport à tout ce que je vivais. J'avais vraiment peur de perdre le contact avec la réalité et de me perdre. 

Heureusement, en grandissant, ma curiosité m'a poussé à vouloir trouver des explications logiques à ce qui se passait et étant une personne avide de lecture, j'ai passé beaucoup de temps à faire des recherches. J'ai, au fur et à mesure, pu commencer à comprendre qu'il y avait d'autres portes à explorer et des concepts universels et séculaires concernant le monde spirituel qui ne demandaient qu'à être lus. Jusqu'alors, j'avais adopté une sorte de scepticisme par rapport à l'inexplicable de peur de me retrouver face à moi-même et de découvrir qui j'étais vraiment. 

En effet, la recherche spirituelle est comme une sorte de Graal personnel d'où on ne sait ce qui va jaillir.


Il faut se préparer à l'inconnu, à accepter le dépassement de soi-même et la levée des limites qu'on s'était fixé. Aujourd'hui, j'accepte pleinement cet état de fait et j'embrasse ma nature spirituelle. Je n'hésite plus à partager ces perceptions aux personnes réceptives mais ce n'est malheureusement pas le cas de tous. Mais pourquoi me direz-vous, vous ai-je raconté cette étape de ma vie? Tout simplement pour vous dire que cette expérience que j'ai vécu de manière bien solitaire arrive à des milliers d'enfants chaque jour. Ces enfants qui ont conscience que le monde n'est pas ce qu'il semble être, qu'il y a bien plus au delà de ce qui peut nous sembler tangible et ne savent comment exprimer cette connaissance. 

Cependant, bien souvent, ils se coupent précocement de cette sensibilité car nous, adultes, leur fermons la porte de par notre scepticisme. Nous leur assénons des vérités ou des dogmes sur ce qu'est le monde et nous nions tout ce qui déroge à notre perception de la réalité. Ayant travaillé auprès des enfants, j'ai pu en observer certains qui s'autocensuraient en fonction de l'éducation qu'ils avaient reçu. Tout ce qui sortait du sentier battu était considéré comme étant "du mensonge", "faux", ça n'existait pas. Ainsi, ces enfants restreignent leurs capacités au regard de ce qui est acceptable par la société et perdent l'accès direct aux divin ainsi qu'aux plans supérieurs. Il existe aussi des enfants très terre à terre ayant une sensibilité pragmatique et qui n'appréhendent pas les mondes invisibles et c'est leur choix. Mais la plupart du temps, les enfants sont déconnectés très tôt de leur énergie sensible par souci d'adhésion à l'environnement dans lequel ils vivent. Au départ, tous les enfants sont sensibles. Tous ont potentiellement des capacités psychiques qui ne demandent qu'à être développées. Mais ces compétences sont étouffées sous le poids de règles régissant notre vision du monde.

Nous sacrifions nos sens spirituels sur l'autel de la rationalité et nous devenons des adultes déconnectés, incapables d'appréhender tout ce qui sort de notre cadre perceptuel, préférant nous conforter dans l'idée d'une vie terne et conformiste. 


Cependant, il est possible d'agir, chacun à son niveau, afin de préserver tous nos sens en éveil. Cela ne fait-il pas d'ailleurs partie de notre véritable nature spirituelle? Nous pouvons préserver la sensibilité de nos enfants et les encourager avec bienveillance à être authentique et spirituel.Que pouvons nous faire en tant qu'adulte pour permettre aux enfants de s'épanouir tout en explorant pleinement leurs aptitudes psychiques? Voici quelques conseils pour les aider à évoluer sereinement: 

Accueillez avec bienveillance les perceptions de l'enfant


L'enfant sensible est naturellement au fait de ce qui se passe autour de lui et donc accède facilement à la dimension invisible. Il peut vous faire part de visions, de connexions, de contacts avec des êtres spirituels que vous ne percevez pas. Si vous nier ou minimiser ses expériences, l'enfant se renfermera sur lui-même telle une coquille. Il perdra confiance en ses perceptions naturelles et doutera de lui-même. Ne lui fermez pas la porte. Permettez-lui de vous faire confiance et d'avoir une épaule sur qui se reposer. Cela peut être très perturbant pour un enfant d'avoir accès à quelque chose que les autres ne perçoivent pas, il peut en être effrayé notamment dans le cas de contact avec des entités (du type âmes errantes). Aussi, il est bon de le rassurer et de lui indiquer que la réalité est multiple. Nous avons tous une perception différente du monde et la sienne en est une parmi des milliers d'autres. Laissez-le être ce qu'il est.



Favorisez une approche intuitive de la vie


Notre coeur est notre boussole, c'est notre guide. Apprenez à déposer votre confiance en l'enfant et en ses jugements. Faites lui prendre conscience de ses ressentis et amenez le à prendre ses décisions en fonction de cela. Il gagnera en lucidité et en assurance. Lorsque vous l'éduquer sur ses capacités intuitives, vous lui permettez de se laisser guider par son coeur et d'augmenter sa capacité de discernement. C'est une excellente manière d'avancer dans la vie. Aussi, passez par l'ouverture du coeur, il vous en remerciera. Par ailleurs, montrez lui l'exemple! En vous voyant agir de manière intuitive, il fera de même. En effet, avant tout, l'enfant vous voit comme son modèle, il se basera sur votre comportement pour façonner le sien. De plus, n'oubliez pas que l'enfant est plein de sagesse. Il peut naturellement nous enseigner certaines vérités. A nous de les entendre. 

Offrez-lui un cadre rassurant 


Lorsque nous laissons l'enfant découvrir par lui-même ses capacités, nous lui permettons d'être authentique et vrai avec lui-même. Il s'aligne avec ses énergies et sa puissance personnelle et devient créateur de ses expériences. En même temps, il est nécessaire de garder une certaine vigilance et de se placer en  bon gardien de l'équilibre psychique et corporel de l'enfant. L'enfant est intrépide et cela est merveilleux car cela lui permet d'évoluer librement à son rythme et d'explorer sa potentialité. Mais d'un autre côté, cela ne lui permet pas d'évaluer distinctement les risques possibles et c'est donc à nous de lui fixer des limites. Avec bienveillance et compréhension, n'hésitez pas à informer votre enfant de l'éventuel résultat de ses actions plutôt que de les lui cacher. L'enfant est un être curieux, qui de toute façon, voudra en savoir plus! Aussi, autant lui donner toutes les cartes en main. Nous voyons trop souvent le cas d'adolescents qui s'adonnent à des rituels et à la pratique du oui-ja par exemple, sans trop savoir quelles sont les conséquences réelles de leurs actes. Ce qui est bien dommageable. 


 Aidez-le à  garder les pieds sur terre 


Beaucoup d'enfants sensibles ont du mal à accepter l'énergie terrestre car lourde et pesante, au contraire de ce qu'ils ont connu dans d'autres sphères. Ils peuvent en être profondément perturbés, refusant la réalité qui s'impose à eux et se réfugiant dans leur imaginaire ou tout échappatoire au monde réel. Avec douceur, nous pouvons leur permettre d'accepter leur incarnation et de voir la beauté du monde. Plutôt que de nous focaliser uniquement sur la dureté, nous pouvons observer la tendresse. Plutôt que de seulement constater les horreurs, nous pouvons créer notre propre bonheur et l'étendre autour de soi. Faites-le participer à l'avènement positif de ce monde en étant tout simplement dans la joie et l'amour et en lui permettant de s'investir dans des actions qui lui tiennent à coeur. Il sera donc en possibilité d'accepter ce qui se passe autour de lui avec sérénité sans sombrer dans le fatalisme.


Ne le mettez pas sur un piédestal


Votre enfant est unique et particulier à vos yeux, ce qui est tout à fait acceptable. Cependant, il est bon de continuer à développer une attitude "normale" et bienveillante par rapport aux capacités dont il fait preuve. En fin de compte, il n'est pas plus spécial que les autres. Il a en effet, certaines compétences qui lui permettent d'appréhender le monde d'une manière plus profonde mais il reste un enfant comme tous les autres avec le besoin d'être entouré, encadré, aimé simplement pour ce qu'il est. N'oublions pas que l'accès aux mondes spirituels est une prédisposition tout à fait naturelle. Nous avons juste perdu cette faculté à accepter l'invisible autour de nous. L'invisible n'est ni bon ni mauvais. C'est juste là, présent, si éloigné et en même temps si proche de nous. Aussi, à nous de retrouver ce lien perdu, c'est notre Atlantide.


Les enfants sont naturellement ouverts à la spiritualité. Notre rôle en tant qu'adulte sera donc de leur permettre de bénéficier pleinement de leurs aptitudes au lieu de les couper de leurs sens. Ne leur brisons pas les ailes et aidons les à prendre leur envol. Rappelons-nous que n'avons pas à décider pour eux de la validité de ce qui existe ou de ce qui est réel. En effet, tous possèdent des capacités psychiques qui leur sont propres et donc perçoivent le monde d'une manière bien personnelle. Acceptons cela et encourageons les à utiliser leurs compétences psychiques pour leur bien-être mais aussi pour le bien commun. Et bien entendu, n'oublions pas le libre arbitre! Ils restent au final, décideurs de leur parcours, nous ne pouvons que les accompagner sur le chemin de leur destinée. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire